Publié par Laisser un commentaire

Jasmin

Les études récentes sur les pouvoirs des essences de plantes sont nombreuses. Elles confirment ce que nous avons depuis longtemps. Très récemment, une de ces études très sérieuses a conclu que l’essence de jasmin est aussi efficace que les plus forts des antidépresseurs. Voilà un business juteux qui peut s’interroger sur ses fondements ! Le jasmin exerce ses effets puissants par l’olfaction, premier interface qui nous met en contact avec les principes volatiles. Ce n’est pas une huile essentielle, mais une essence absolue ; le jasmin ne supporte pas la distillation à la vapeur d’eau et on en extrait les molécules volatiles par immersion dans un solvant doux, de préférence l’alcool. L’organe producteur nous en apprend déjà beaucoup : on veut dire par là la partie du végétal qu’on a utilisée pour en extraire l’essence. Ici, il s’agit bien entendu de la fleur. Les HE et essences absolues issues de fleurs définissent une “personnalité florale” dont les traits sont la joie, l’énergie, la sensualité, l’expression des sentiments et de la sexualité… Le jasmin est un ténor dans cette famille. Il n’a pas son pareil pour embellir une personnalité et l’élever à des hauteurs insoupçonnées ; et que se passe-t-il quand ce “choc au jasmin” s’empare de vous ? Forcément, vous dégagez quelque chose : vous passez en mode vital à fond la caisse, vous transpirez la sensualité et votre charisme devient palpable. Et tout ça avec du jasmin ? On le sait depuis toujours, et les études scientifiques ne font qu’enfoncer des portes ouvertes. Mais ça fait toujours plaisir de ne plus passer pour un barjot…

Il est bon de le diluer suffisamment pour qu’il soit efficace : de 3 à 7 % dans une base huileuse par exemple, pour l’utiliser en onction, friction ou massage. En diffusion : 2 à 3 gouttes dans un appareil dont la technique implique une abondante dilution, par exemple un nébuliseur ultrasonique.
Anxiolytiques ou aroma ?
Les études font rarement les gros titres des journaux de toutes sortes. Une récente étude vaut pourtant qu’on s’y intéresse un peu. Faite à grande échelle et sur une période assez longue, elle conclut que l’usage immodéré des anxiolytiques, notamment ceux de la classe des benzodiazépines, pourrait fort bien favoriser des états de démence précoce. La maladie d’Alzheimer autrement dit. Ces médicaments sont d’un usage très répandu, notamment en France. A quoi bon entrer dans les détails : toute étude sur les médicaments débouche toujours sur la même et imparable conclusion. Un effet suppressif, rapide et vérifiable sur tout un chacun se paie toujours au prix fort.
Définition du prix fort : un ou plusieurs effets secondaires, à tendance chronique, dommageables pour la santé quand ils ne sont pas franchement meurtriers. Les membres de l’Ordre des médecins nous rappelleront que l’orthodoxie médicamenteuse impose de soulager le malade avec des remèdes éprouvés. Face à de telles contradictions, les mêmes, à bout d’arguments, vous rappelleront que la médecine n’est pas une science exacte. “Pas une science exacte”. Cet aveu nous convient parfaitement : il nous renvoie au point de départ et nous confirme que nous avons le choix des moyens.
Rappelons que l’aromathérapie exerce une action remarquable sur le système nerveux. Par l’action des composants moléculaires des HE mais aussi par le biais de l’olfaction. Toute odeur naturelle, vive, énergétique, imprime sa marque au plus profond de notre cerveau limbique sans passer par l’interprétation et l’analyse. Qu’il nous suffise d’en ressentir l’intention : la vie intense d’une rose, d’un jasmin, d’une camomille romaine… l’attention affectueuse d’un géranium rosat, d’une mélisse, d’une verveine odorante… la force tranquille d’un cèdre… le détachement d’un oliban…  La panoplie de l’aromathérapeute est vaste. Sa recherche est forcément longue. Au bout de celle-ci, il trouvera le “caractère aromatique” s’ajustant parfaitement à la personne humaine dont il veut améliorer le bien-être.
En douceur et durablement. Le contraire d’un médoc… comme l’aurait dit le savant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *